35H. Garage

Intervention textuelle lors de la résidence initiée par le collectif 35H au Garage (Bagnolet, avril 2017) ; semaine curatée par Stéphanie Vidal ; sur une invitation de Manon Klein.

Avec les artistes : Charlie Chine, Ladislas Combeuil, Etienne François, Louis Granet, Carine Klonowski, Jimmy Richer.

 

 

« 98. Je sais que le monde est comme un immense écho, que les mots se répètent à l’infini comme un jeu de miroirs dans un palais persan. »

– Ito Naga, poète astrophysicien

 

 

ARCHIVES + le texte-résultat « fig.1 » sont à télécharger ici.

« La maison, était plus vaste à l’intérieur qu’au dehors,

(…)

_ Quel est leur objectif ?                                                                                                     _ Ils cherchent. Ce sont des ouvriers du sens : dans l’imagination de la matière, dans les interstices déployés en façades et en grappes de l’esprit, le chas du temps qui s’égrène ici lentement pour nous et si brutalement pour eux, dans l’eau de leurs rêves, ils espèrent depuis l’aube de leur espèce redéfinir l’intrigue. Ils cherchent comment habiter leur monde. C’est là leur travail. Ils appellent cela « projet ». Ce dont je témoigne c’est d’une équation, un solide fluide dont la présence-manifeste parvient à produire un amour hors sol, propice à notre expansion. Nous avons beaucoup à apprendre d’eux.
_ Est-ce dangereux ?

 

 

 

_

ABOUT 35H

Chaque session réunit des artistes et des curateurs pour une résidence d’une semaine.
La structure d’accueil est toujours différente.

Les participants travaillent suivant des horaires dits « de bureau ». Du lundi au vendredi, de 9h à 17h. 
Chacun des artistes s’emploie à réaliser une pièce. Le curateur, lui, témoigne de leur production en même temps qu’il la découvre.
Ensemble, l’équipe monte une exposition à l’issue de la courte occupation des lieux.

35H est un dispositif dont les règles sont toujours reformulées.