hi there, I’m

Etaïnn Zwer
1984, France. Vit et travaille à Paris.

Artiste-auteure franco-allemande. Ou POÈTE, sans la mythologie qui va avec. Attentive aux RÉCITS et aux corps, aux lieux et aux rituels, fascinée par les rêveries et singeries qui traversent le sentiment amoureux.

Sa pratique – ténue – privilégie l’ÉCRITURE (et l’édition), l’imaginaire (cherchant sans cesse à libérer celui du spectateur), le langage et la PERFORMANCE : le minuscule, le rythme, le work in progress, le geste et le lien. Poèmes irradiant en peu de mots, cartes postales mantras, (petits) objets déplacés, lectures paysages ou dansées, interventions – secrètes ou non – dans l’espace d’exposition, RITUELS d’attention ou d’échange engageant l’Autre (sa parole, son temps, son corps).

À la fois strophes, rébus, SCÉNARIOS et en-quêtes, ses oeuvres trouvent leur sens foisonnant dans un jeu d’échos et de références discrètes : croisant John Giorno et Jean Genet, Roland Barthes et la Nouvelle Vague, gender studies et féminisme.s, Nik Cohn et Sylvia Plath, un peu de noise, beaucoup d’insomnies, et autres soleils transitoires. Et tout autant dans l’exercice, volontiers ouvert, de multiples collaborations.

Investigation philosophique déguisée en art, entre observations raisonnées et dispositifs bienveillants, célébration modeste et cérémonie de désenvoûtement, elle esquisse une sorte de pratique de soin inédite, lucide mais chérissant sa part d’ombre, de naïveté, et d’idiotie – ain’t easy being cheesy. Qui invite à engager de nouveaux liens, pleinement conscients de leurs propres origines (et fantasmes). Et à vivre enfin, amoureusement, sans arrière-mondes.

Elle aime : les librairies mal rangées, les littératures américaines, la nuit, la figure du voyou (et celle du voyeur), mettre un peu de bordel dans la jungle du marketing verbal, la joie gratis d’un mot inconnu ou bien trouvé, d’une belle image, avide ou déguisée. Et voudrait surtout, enfin, du temps pour créer une micro-maison d’édition et terminer un premier roman qui parlera d’amour et d’architecture…
Son motto, piqué à John Waters : « If you go home with somebody, and they don’t have books, don’t fuck ’em ! »

Elle a publié dans les revues Jungle Juice (éd. Supernova), Terrain Vague, Agent Double, Belleville Park Pages, Correspondances… ; des ouvrages collectifs : LIMO (éd. Limo, 2016), CHORUS. A literary mixtape (dir. Saul Williams, Simon & Schuster / MTV Books, 2012) ; lu-performé en radio (Nova, Rinse) et dans divers lieux (squats, théâtres, Point Éphémère, galerie Mémoire de l’avenir…) ; et exposé ici et là : galeries Éric Mouchet, 22RueMuller, Treize (Paris), Torx (Bruxelles), atelier Chez Kit (Pantin)…

: -)